Warning: array_shift() [function.array-shift]: The argument should be an array in /home/www/vestris/www/config/ecran_securite.php on line 283

Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/vestris/www/config/ecran_securite.php on line 284
Société Auguste Vestris - « La troisième position bien comprise amène l’élégance et la finesse »
  Auguste Vestris


Titre
 

Entre les notes, la musique, entre les positions, la danse

Dans la même rubrique
In the same section


Une nouvelle perspective sur la danse en Angleterre - suggestions en vue des progrès attendus
Audrey De Vos (1900-1983), à l’avant-garde de l’analyse du mouvement
Libérer les élans et les forces
Camper sur ses positions...!
Sticking to one’s position?
« La troisième position bien comprise amène l’élégance et la finesse »
Ah ! la cinquième...
Il ressent, plus qu’il ne voit

Les rubriques
All sections :













 

« La troisième position bien comprise amène l’élégance et la finesse »
par Anne-Marie Sandrini

24 novembre 2012

Printable version / Version imprimable   |  261 visits / visites

JPEG
Lilian Karina vers 1930

« Ici, le mouvement spiralé du buste s’exprime par un cambré. Les bras prolongent l’engagement des côtés, la tête s’abandonnant dans une attitude caractéristique de l’époque. La jambe avant soutient l’action en croisant et en repoussant le sol (en-dehors fonctionnel, moins accentué que de nos jours). De la cohérence de l’ensemble naît l’harmonie paisible qui permet la prise de risque d’un tel cambré. »

S. de Oliveira

Il me semble que la troisième position est négligée, délaissée par les danseurs au profit de la cinquième position qui permet à leurs yeux plus « d’effet », plus « d’amplitude », plus de « performances », alors qu’une troisième position bien comprise amène l’élégance et la finesse.

La troisième position est le plus souvent exclusivement pratiquée dans les premières années de l’apprentissage de la danse classique, faut-il encore qu’elle soit suffisamment croisée. Le talon du pied de devant doit venir s’emboîter dans le creux de celui de derrière.

La quatrième position au 17ème siècle est une troisième éloignée avec un pied de distance. C’est la logique de la marche naturelle qui est privilégiée...

Tous les pas emboîtés devraient se terminer en troisième et non pas en cinquième position. Les pas ne devraient pas obligatoirement être exécutés pour obtenir « l’effet ».

A partir de cette réflexion, l’utilisation de la troisième position a une véritable cohérence.

Octobre 2012

Anne-Marie Sandrini est Vice-présidente de l’AFMDC, ancien Inspecteur de la Danse des Conservatoires de Paris.