Warning: array_shift() [function.array-shift]: The argument should be an array in /home/www/vestris/www/config/ecran_securite.php on line 283

Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/vestris/www/config/ecran_securite.php on line 284
Société Auguste Vestris - Interroger l’obscurité
  Auguste Vestris


Titre
 

La révolte des accessoires

Dans la même rubrique
In the same section


« Les mains, prémices d’une expression »
The hands are not the end of an arm,
they are the beginning of an expression

« Créer par le regard vie et présence »
Exaltants moments de contemplation
Interroger l’obscurité
Dépasser la barrière du langage
Vu depuis Londres
Leonardo, Noverre, Volinine
L’immobilité du maître
La classe de perfection de Christian Johansson en 1898

« A-t-il de l’oeil ? »
Poser la main sur la barre
L’action de l’Etre

Les rubriques
All sections :













 

Interroger l’obscurité
16 juin 2012

Printable version / Version imprimable   |  477 visits / visites

Jamais le public ne devrait-il imaginer ne fût-ce qu’un instant que le danseur puisse l’apercevoir. L’œil du danseur doit susciter un frémissement dans la salle, tels les coups d’œil diamantins d’Anna Pavlova, qui faisaient étinceler l’air comme si elle avançait sous une pluie de fleurs voyant au devant d’elle un ciel peuplé d’oiseaux enflammés et d’esprits vif-argent.

JPEG
Le regard de Margot Fonteyn dans Les Sylphides

et celui de Stella Claire dans Pineapple Poll de John Cranko.
Deux personnages que tout oppose, dépeints par le seul regard !
Clichés : Gordon Anthony, Roger Wood.

JPEG

Ou bien comme le suggérait le regard de Karsavina, scruter loin dans une nuit infinie semée d’étoiles. Les grands yeux de Fonteyn semblaient explorer une vaste, une somptueuse obscurité, éclairée soudain du feu des comètes et d’étoiles filantes.
Ce regard du danseur – avec toute la charge qu’il porte en lui - doit provoquer le ravissement dans la salle plongée dans le noir…

Ainsi les yeux de Fonteyn interrogent-ils l’obscurité et créent un monde peuplé de rêves mystérieux. Arrivant jusqu’à l’imagination du public, ce monde va se construire puis l’envoûter.

Tout en opérant sa magie Fonteyn se soustrait cependant à ceux qui l’observent. Si elle reste liée aux spectateurs, c’est par d’innombrables et invisibles vrilles et rinceaux qui s’entortillent et font barrière entre leur regard et sa propre conscience.

Le spectateur se doit d’aiguiser et d’éduquer le regard de l’esprit jusqu’à ce que celui-ci n’atteigne la même perçante acuité que le regard matériel.

Dans Fonteyn, par William Chappell. Rockliff Publishing, Londres, 1951

 

A Homère

(…) Et ainsi, tu étais aveugle ; mais la voile fut alors déchirée -
Zeus voulut tirer le rideau du Ciel pour que tu vives,
Pour toi Neptune fit une tente d’écume
et Pan a fait chanter sa ruche sylvestre ;
Oui ! Sur les rives de l’obscurité il y a lumière,
Et les précipices découvrent un vert sauvage,

A minuit perce déjà le bourgeon du jour,
Et l’on perçoit triplement dans la tranchante cécité ;
Ainsi voyais-tu …

John Keats, 1818
traduction originale

 

JPEG
« Scruter au loin dans une nuit infinie... »-

Olga Spessivtseva dans Giselle, 1924.

Ode sur une urne grecque

(…) Flûtes, jouez encore
Non pour l’oreille des sens, mais, plus aimées,
Soufflez à l’esprit les refrains d’absence de son :
Beau jeune homme, sous les arbres, tu ne peux délaisser
Ta chanson, ni jamais ces arbres se dénuder ;
Amant hardi, jamais ô jamais tu n’auras ton baiser...
(...) Mais ne t’afflige pas ;
Elle ne peut te fuir, bien que tu restes sans ta joie,
Pour toujours tu l’aimeras, pour toujours elle sera belle.

John Keats, 1819
d’après la traduction inédite d’Armand Robin, 1937