Warning: array_shift() [function.array-shift]: The argument should be an array in /home/www/vestris/www/config/ecran_securite.php on line 283

Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/vestris/www/config/ecran_securite.php on line 284
Société Auguste Vestris - Ricaux et l’Ecole italienne
  Auguste Vestris


Titre
 

14 novembre 2010, huitième soirée : Gustave Ricaux

Dans la même rubrique
In the same section


Gustave Ricaux
Gustave Ricaux
Gustave Ricaux
Ricaux, mon maître
Ricaux, my Master
Ricaux e la Scuola Italiana
Ricaux et l’Ecole italienne
Ricaux and the Italian School
Gustave Ricaux
Gustave Ricaux
Gustave Ricaux
Perché Ricaux a Roma?
Souvenirs de Gustave Ricaux
A recollection of Gustave Ricaux
Ricordi di Gustave Ricaux

Les rubriques
All sections :













 

Ricaux et l’Ecole italienne
Témoignage de Serge Perrault

14 novembre 2010

Printable version / Version imprimable   |  691 visits / visites

Coutainville, le 21 octobre 2010.

Avant l’arrivée des Ballets Russes à Paris en 1909, la danse française s’était endormie sur ses lauriers. Il manquait un dynamisme à l’enseignement. Les professeurs n’apportaient plus d’impulsion car ils n’étaient plus passionnés par ce qu’ils faisaient. Puis Cecchetti est arrivé avec les Ballets Russes. C’était capital ! Les professeurs ont été stimulés et les danseurs aussi !

Personnellement, je n’ai pas travaillé avec Ricaux, car lorsque je suis arrivé à l’Opéra en 1943 il n’y enseignait déjà plus mais donnait des cours privés.

Ce que Ricaux a apporté – entre autre – c’est la facilité et la rapidité du mouvement des jambes, dans la petite et la grande batterie. Un très bon enseignant ! Regardez Babilée, comme il battait !

JPEG

Nicola Guerra en Alberto
dans le ballet Pietro Micca
Collection particulière de la famille Guerra

Ricaux, comme Peretti, avait travaillé avec Nicola Guerra, qui était un très grand professeur – en fait, un Maître. Ma sœur Lycette a travaillé avec lui et m’en a beaucoup parlé. Son enseignement était très proche de celui de Cecchetti. A cette époque, c’est cette école italienne, la grande filière italienne, qui a pris la relève car elle était alors beaucoup plus brillante que l’école française. Lorsque les gens ont vu Vaslav Nijinski, ils ont compris ce que cela donnait ! Et l’enseignement a suivi !

C’est en France pourtant que Vestris et Gardel ont travaillé. Leur enseignement a été la rampe de lancement, puis l’Ecole française s’est étiolée dans son pays tandis qu’elle a fleuri ailleurs. Ce sont les Russes et les Italiens au début du XXème siècle qui ramenèrent notre propre Ecole chez nous ! Un peu comme les Espagnols ont fait avec l’équitation !

Propos recueillis par K.L. Kanter

Né en 1920, formé à l’Ecole de l’Opéra, Serge Perrault – qui est le demi-­frère de Lycette Darsonval – fit ses débuts à l’Opéra en 1943.

En 1947 il quitte l’Opéra pour faire une carrière internationale. D’abord danseur-étoile du Metropolitan Ballet (1947-­1949) aux côtés d’Erik Bruhn, Svetlana Beriosova, Sonia Arova et Celia Franca, il devient ensuite étoile des Ballets de Roland Petit. En 1953 il collabore en tant que danseur-­comédien avec la Compagnie Renaud­-Barrault. Entre 1977 et 1987 il est professeur à l’Opéra.